Avertissement: Ce site n'est plus maintenu à jour. Vous pouvez continuer à le consulter en archive.
Marseille en bazar

Noailles : les goûts et les couleurs…

Quartier de Noailles

22 votes

lundi 9 juillet 2007, par Anne Muratore, Karen Guikoume

Voir en ligne : http://fr.wikipedia.org/wiki/Quarti...

-->

L’odeur de la sueur virile et du tabac, de l’ail et de l’anis, du vin et de l’huile chaude mitraille l’air bleu de ses millions d’atomes balles. Une vapeur est suspendue aux ombrages verts. On traite là bien des affaires ; on y fait marché pour le crime et pour une paire de souliers. On y crie, et on s’y parle à l’oreille. on vend un peu de tout, la fille, la drogue et le journal. On passe le temps avec délices, et la politique ne chôme pas. Assis, debout, en marchant, de toutes parts on boit. Le noble évêque en robe est dressé sur son socle, au-dessus de ce forum dédié à l’Aphrodite phocéenne et à Mercure sourcier d’argent. Avec sa mine à la Rigaud, son nez sage et altier, l’énergique douceur de sa magnificence épiscopale, son port éloquent, son bon vouloir vêtu de majestueuse charité, il est si fort occupé à faire l’oraison funèbre de la peste, qu’il n’a plus la moindre idée de son auditoire ; et le peuple qui vit à ses pieds aperçoit encore moins cet évêque pétrifié : à Belzunce, qu’est-ce-qu’un discours sans voix ?

André Suarès, Marsiho, Grasset, 1933, rééd. Jeanne Laffitte, 1977

2 Messages de forum

  • Noailles : les goûts et les couleurs… 4 août 2009 15:06, par Lara Vabien

    Ce qui me perplexe, c’est qu’à la Canebière, il y a des grands magasins et des musées d’art et beaucoup de touristes, mais si on entre dans le quartier Noailles un autre autre monde apparait.

    J’ai serré mon sac près de moi, et j’ai sorti mon appareil-photo ; je n’avais plus l’impression d’être en France. Les épiceries vendaient des olives et des légumes secs de vingt variétés, des épices de couleurs diverses et des thés aux parfums incroyables, les femmes d’affaires africaines développent des activités bruyantes, voyantes. Délaissant les tenues traditionnelles elles revêtent des tailleurs ou des pagnes courts et serrés, accompagnant la mode. Elles s’apostrophent, s’accusent, s’invectivent, s’injurient aussi bien dans la rue que dans leurs boutiques sur fond musical tonitruant.

    Sans compter la Fête du Soleil, c’est celle de tous les habitants du quartier, mais aussi de tous ceux qui apprécient l’ambiance débridée qui règnent dans les rues de Noailles, et les richesses liées au brassage des couleurs et des cultures et de rassembler les gens avec leurs différences.

    Répondre à ce message

    • Noailles : les goûts et les couleurs… 13 janvier 2010 14:22, par rach

      Quand l’antre des mondes se présentent à mes yeux (Noailles), certes après avoir de façon rapide et bien distingué, traversé le centre ville à la manière d’un CON-sommateur, en gros le petit gars qui n’aime pas du tout être parmi la foule, et bien à Noailles et d’autres Marchés ou quartiers, et bien j’y suis plus que Heureux, à cet instant les larmes de joies et également de nostalgies d’un pays que je ne connais pas encore (Algerie), ces endroits me font ressentir ce que je ne connais pas, n’est pas la plus belle des sensations, j’ai hâte d’aller au « bled » comme d’autre disent, moi également, mais le bled le pays , n’est pas à pleins de recoins de la france et que beaucoup oublient, et bien je le dis c’est également ici, n’essayons pas moi le premier de refaire l’histoire, serte je n’oublie pas ce qui c’est passé, et pourtant je ne suis pas de la génération d’antan qui s’est battu, qui s’est chamaillé entre deux pays et pour deux pays qui s’aimait et j’ose et je crois encore beaucoup , suis-je naif je ne sais pas mais j’y crois fortement la France et L’ALgerie Une Histoire d’amour la plus folle et pour ce fait et de ce fait la plus jolie des histoires qu’il y est pu avoir dans l’histoire de l’humanité, c’est du Gainsbourg mélangé à Idir avec une touche d’une actrice dont je ne me souviens pas du Non mais qui m’as marqué sans avoir été à la séance (le film c’est « Française »), vous savez que l’on n’oublient pas dans la vie, on mets des parenthèses ou guillemets comme vous le souhaitez, et heureusement ,mais juste dire que la France rend un vrai et solennelle et surtout fraternelle hommage à tous ceux qui sont aller au front quelle que soit leur camp, leur idées mais ne les laissons pas partir de ce monde en les laissant galérer jusqu’au bout de leur vie avec une pensions de retraites de « miskin » de petit, par ce que si aujourd’hui il y a à Marseille, une des dernières villes en France ou le mot tolérance à encore toute ça place par ce que c’est également ,rappelons le la Première des villes construites il y a plus de 2000 ans, nous pouvons remerciez tout ceux qui s’y sont attachées c’est à dire, vous lecteurs, nous, eux, qui d’autres , tout ceux qui t’AIME Marseille, je pleure de joie quand ton nom resonne dans Ma tête, un petit gars du Nord (Lille) qui vous remercie pour la patience et l’écoute de ces mots et autres Maux).

      Répondre à ce message

Creative Commons License Marseille en images (http://www.marseille-images.com), développé par Résurgences, est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons : Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de Modification 2.0 France.
Plan du site
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique